Le monde tel que nous l'avons connu a totalement disparu.
 
AccueilCalendrierPublicationsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Apocalypse Zombie a ouvert officiellement ses portes le 24/06/2017.
Nous recherchons Eliza la chef du clan des Bêtas.
Le STAFF vous remercie de votre présence et vous demande de voter pour nous le plus souvent possible, merci <3 <3
RECENSEMENT DU 31 AOÛT A FAIRE POUR TOUS !
Le groupe des Epsilons et le rang des Vadrouilleurs sont fermés momentanément.

Partagez

~Lucas~ Retrouvaille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Alpha

Alpha
Kim Park


Avatar : Hyuna
Messages : 173


~Lucas~ Retrouvaille Empty
MessageSujet: ~Lucas~ Retrouvaille ~Lucas~ Retrouvaille EmptyMar 1 Aoû - 10:14


Retrouvaille

Lucas Winchester & Kim Park

Je le sentais qu’il me caressait la peau. Qu’il me caressait le bras du revers de la main avec délicatesse. Je le sentais qu’il me donnait des frissons avec ses baisers amoureux et à la fois tendre dans mon cou qui se dirigeait vers ma poitrine. Je le sentais que sa main glissait pour détacher le soutif d’une main habile, «Ma rose» dit-il tout en me l’enlevant avec tendresse, il a continué ses baisers plus bas en me titillant et en me massant la poitrine. Je sentais sa main qui descendait vers ma cuisse et ainsi la caresser. Je lui enlevais son t-shirt blanc avec hâte en lui volant des merveilleux baisers entre temps. «Hm… Ma rose». Je le sentais descendre vers mon ventre que je n’eus d’autres choix que de fermer mes yeux sous les sensations qu’il me procurait. Descendre plus bas et aller vers mon seul sous-vêtement qui me restait. Le souffle chaud, soupirant de plaisir, mon corps qui ne voulait que lui. «Ma rose, je t’aime». Je n’avais qu’une envie : qu’il me prenne tout en entier encore une fois, encore une nuit de plus. Je voulais qu’il me montre l’amour qui avait pour moi. Je voulais qui me le démontre tout en me le disant. Je voulais lui appartenir pour toujours. Comment se fait-il qu’une femme comme moi puisse rester sur son charme et malgré ça, être aguicheuse envers les autres hommes? Comment se fait-il que je ne l’ai jamais trompé? C’était de l’amour, mesdames et messieurs. De l’amour reste malgré tout inexplicable.

En réalité, j’étais devenue aguicheuse pour me venger. Il a été ma première vraie relation qui durait ad vitam aeternam. Il a été le premier dans tout. Premier dans les relations sexuelles délicieuses, premier dans les sorties romantiques, premier que j’ai présenté à ma famille. Alors pourquoi aguicheuse? J’ai remarqué que je faisais cela pour le fâcher en quelque sorte. Puisque les autres femmes le courtisaient ça me mettait tellement en rogne que tout ce que je voulais c’était de lui montrer comment j’avais mal. Je sais que ce n’était pas bien, mais ça ressemblait à un mécanisme de défense que j’ai développé en personnalité.

Rendu au moment fatidique au point qu’il allait descendre mon seul et unique sous-vêtement qui me restait et qu’il allait plus loin, je me réveillais. J’avais chaud, si chaud. Mon corps était en manque de lui, même mon cœur et mon cerveau. Tout mon moi étais en manque de ses mouvements, de ses caresses que je n’aurais pu. J’avais les larmes aux yeux car ce n’était pas la première fois que je faisais ce rêve-là. On était en Amérique mes frères et moi et tout ce qu’on faisait c’était de marcher à longueur de journée. Tôt le matin jusqu’à tard la nuit. On était arrivé depuis peu à Los Angeles, la fameuse ville des stars, la fameuse ville d’hollywood. J’étais fatiguée, j’étais déprimée. J’avais vu ma mère mangé mon père. Je voyais qu’elle était en train de prendre un bout de chair et de le croquer comme si c’était de la viande animale. Mon père était mort et revenait à la vie, mais d’une toute autre manière. Déjà que je n’étais pas dans mon assiette vu qu’un mois avant, Lucas m’avait laissé pour partir pour une mission importante. Il revenait quand? Était-il mort? Et l’invasion des Zombies n’a fait qu’empirer mes craintes qu’il soit mort ou même pire, un zombie. Mon cœur me faisait atrocement mal et le fait que j’ai dû tuer ma mère parce qu’elle était devenue un monstre. Le fait que j’aille vomi mes tripes et pris une arme qui était là comme par hasard et que j’ai troué sa tête. Ça faisait mal et je revois encore la scène dans ma tête; la balle qui se dirigeait vers la cible et que près de la cible, on trou s’imposait. Un trou qui était petit et qui a grossi légèrement comme si c’était une pénétration. Elle est rentrée dans la cavité crânienne et elle a aussitôt quitté en laissant quelques bouts de cervelles volés pas loin derrière. Tout ça pour vous dire que je n’étais pas très en forme et l’idée d’aller en Amérique empirait le cas.

«Kimmy, on va avoir une nouvelle vie ici… » Non, non, laissez-moi tranquille avec cette réplique. J’avais perdu les deux-trois personnes que j’aimais le plus au monde. Que j’aimais plus que ma vie et vous vouliez que je fasse une nouvelle vie en retombant en amour et me créant une famille? Non, je voulais créer une famille avec celui qui m’avait abandonné et qu’il était mort. Alors je ne voulais qu’une chose qu’on me fiche la paix. «O-bba, j’ai mal, c’est impossible, tu le sais». J’avais pourtant dit ça avec une lassitude. Je voulais décrocher. Je ne voulais pas… je ne pouvais pas imaginer avoir un rapport avec un autre que lui, cela allait être méchant pour le gars si j’imaginais la tête de Lucas et cela allait être désagréable pour moi, donc non. «Kim, il n’a pas que toi qui souffre!». C’est vrai, Max avait raison. Lui aussi il a tout perdu, Jay aussi. Peut-être que devrais-je essayer au moins de vivre même si l’envie n’était pas présente? À la nuit tombée de la quatrième jour du début de la deuxième mois depuis qu’on est parti de la Corée du sud, on était rendu à Las Vegas, la ville des casinos et de l’argent. Dire que je voulais y aller un jour et voilà ce fameux jour. Plutôt triste quand il n’avait pas d’électricité ni de touristes.

Le lendemain, on marchait, j’étais fatiguée. J’étais épuisée parce que je faisais toujours le même rêve érotique. Le même rêve qui me donnait des envies, me mouillait et surtout je me réveillais toujours au même endroit. Dès qu’il touchait à mon sous-vêtement, dès qu’il le touchait et que j’avais beau protesté il le faisait tout de même en me disant : «Tu aimes ça d’habitude ma rose…». Comment ne pas l’oublier s’il était dans ma tête, dans mon cœur, son contact était encré en moi, comment? Il pleuvait cette journée et je pouvais dire que je me suis laissée aller. J’ai complètement sorti toutes mes larmes de mon corps, sorti complètement toute la douleur que je pouvais ressentir, malheureusement ça ne faisait qu’empirer.

Sauf qu’une question s’imposait… Où allait-on comme ça? On était des vagabonds, on n’avait nulle part où aller. On ne connaissait pas les États-Unis. Bon, on avait trouvé une carte de l’Amérique en Corée. Arrivés en Amérique, on a entendu des passants qui disaient comme quoi qu’il avait un coin pas trop loin de nous. Mes frères ont décidé que ça valait peut-être le coup. Moi? Je me laissais à ma nostalgie amoureuse qui devenait douloureuse.

Quinze jours ça s’est passé depuis que j’ai pleuré toutes mes larmes de mon corps. Depuis quinze jours, je dormais très peu à cause de ce rêve érotique. J’étais assise contre un arbre près d’un chemin qui se dirigeait je-ne-sais-d’ où, mais je me reposais. Je buvais de l’eau de ma bouteille, on prenait une pause bien méritée depuis quelques temps. Enfin bref, ça n’allait surtout pas changer ma situation que j’étais actuellement non? «Kimmy, il a un camp en proximité et…». Je hochais de la tête. On était rendu à Denver, qu’est-ce qu’il voulait que je lui dise? «Fais ce que tu veux… j’aimerais rester assise plus longtemps…». Jay secouait la tête et allait prendre mon bras. «Kim, il faut marcher et se reposer en lieu sûr. Lève-toi.». Je grommelais et je me levais même si on me forçait à me lever. Je suivais le petit chemin à contre cœur avec mes frères, j’étais fatiguée. Je voulais seulement me cacher et pleurer tout le mal que j’avais en moi. Le mal d’avoir aimé quelqu’un et de ne plus jamais le revoir c’était dégueulasse comme douleur. Je regardais droit devant et légèrement vers la droite il avait une belle entrée de camp, pourquoi pas allée là-bas? De toute façon, je n’avais pas le choix, non?

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

~Lucas~ Retrouvaille Kim610
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef des Alphas

Chef des Alphas
Lucas Winchester


Avatar : Kit Harington
Messages : 10


~Lucas~ Retrouvaille Empty
MessageSujet: Re: ~Lucas~ Retrouvaille ~Lucas~ Retrouvaille EmptyMar 15 Aoû - 14:02

Retrouvaille
Kim Park & Lucas Winchester
"Vous savez j'ai bien réfléchis avant d'avoir demander cette conversation importante et privée. Je sais également que vous vous en doutiez bien qu'un jour cela arriverait, puis je me doute que ça vous déplaise aussi. Quel père aimerez-ça ? Qu'on lui enlève sa princesse, sa petite dernière, certes elle a un tempérament de feu, mais vous vous reconnaissez tellement bien en elle et cela vous énerve bien souvent." Je marque une pause, esquissant l'ombre d'un sourire, mon regard toujours plongeait dans le sien, dans les yeux de l'homme qui m'a permit d'avoir ma rose. Je porte ma tasse de thé à mes lèvres, laissant le liquide chaud coulé dans ma gorge laissant un sillon brûlant derrière lui. Bien vite je reprends mon discours. "Elle est tellement pour moi, bientôt cinq années de pur bonheur avec elle, jour après jour je vis pour elle, je pense à la famille que je veux fonder, je pense à cette sublime rose épineuse mais si douce à l'intérieur qui si elle accepte portera nos enfants, portera mon nom, Winchester." Je marque à nouveau une pause lui laissant le choix de répondre mais il m'invite d'un signe de main à continuer."Je ne lui ai pas encore annoncer, mais je dois partir au moins pendant un mois à Denver, il y a une base avec des scientifiques et ils ont besoin de renforts spéciaux dont mon équipe. Je n'en sais pas plus pour l'instant. Je compte donc la demander en mariage à mon retour, je ne veux pas abuser non plus de votre amitié et votre confiance en moi, mais comprenez que d'avoir votre accord est important à mes yeux et même si elle le cache, aux siens également."

Jung, mon a-beo-nim qui signifie beau-père en Coréen me fixe étrangement comme s'il essayait de me sonder plus profondément. Nouveau soupire venant de lui et il porte son verre de saké à sa bouche, avalant d'un trait le liquide alcoolisé. "Tu sais gamin, j'ai su quand je t'ai vu la première fois qu'un jour tu déciderais de m'enlever mon second trésor le plus cher après ma douce Hyuna. C'est vrai que je m'étais préparé à cela comme à bien d'autres choses, tu me connais maintenant. Ton respect est grand et intense, ton amour est pur et infini, ton courage n'a pas de limite, tes envies sont sincères." Je le vois se lever, j'attends sagement en regardant ce qu'il fait, il se dirige derrière son bureau en bois de cerisier et sort une petite clé de sa poche, s'abaisse et je l'entends ouvrir un tiroir puis je l'entends chipoter je ne sais trop quoi à la recherche de quelque chose. Il revient vers moi avec un écrin de velours rouge vif en forme de rose avec deux feuilles en velours vert et me le tend, je l'ouvre me demandant bien pourquoi il m'avait donné cela et à l'intérieur se trouve une magnifique bague également en forme de rose entièrement diamantée, le tour était ondulé et avec quelques feuilles éparpillés, le haut de la bague se formait en rose avec au milieu un diamant. Une beauté resplendissante, elle rivalisait avec ma bien aimée. "Gamin, cette bague appartenait à ma grand-mère, puis à ma mère et aujourd'hui elle revient à ma tendre fille. Je n'ai pas besoin de te donner mon accord, je suppose que tu sais qu'il est tien vu que je te donne cette bague. Rends ma fille heureuse gamin. T'es un bon p'tit gars même si t'es un étranger." 

Il s'est écoulé cent soixante-treize jours soit cinq mois et vingt-deux jours que je n'ai plus vu ma rose, ma bien aimée, ma moitié, la femme de ma vie, elle et pas une autre. Le temps me paraît long au vu de la situation et également le manque de Kim telle une drogue, tel un drogué en manque perdant la tête jour après jour, une âme errante, avoir continuellement un masque car, je dois épaulé, je dois me montrer froid, distant, sévère et ne pas baisser les yeux face à qui que ce soit, je suis la tête des alphas, la tête du campement et je vous assure que ce n'est aussi facile que bien des gens pensent. Le monde n'allait pas se refaire seul, la solution non plus. Je le dois à ces pauvres personnes innocentes, l'erreur est humaine, la fin du monde également. Moi pauvre humain, j'ai assisté, j'ai vu, j'ai rien dit. Notre travail était avant tout la sécurité et le devoir de se taire, secret d'état et à force d'avoir trop de secret ça finit aussi mal qu'aujourd'hui. Aucun anti-virus pour le moment, c'est terrible, on perd de plus en plus de personnes et peu sont les survivants et survivantes. Puis devoir tuer, devoir enterrer les miens, c'est loin d'être ce dont j'ai pu rêvé il y a encore quelques mois de ça. L'une des choses les plus rudes pour moi c'était de mettre fin à la vie des enfants atteints quand on en voyait, rarissime était les gens acceptant de le faire, c'est toi le chef, c'est toi l'habitué, c'est toi l'ancien soldat alors cette tâche te revient Lucas, combien de fois ai-je pu entendre cette lourde phrase. Année maudite, scientifique maudit, virus maudit, humain maudit.  

La nuit a était encore bien longue pour moi, Morphée m'a encore abandonné. Je n'en pouvais plus, la vie devait s'en doute me haïr, m'en vouloir et me le faisait divinement bien payé. Ce matin là, la pluie était au rendez-vous on en profitait pour récolter l'eau la moindre occasion était bonne pour récolter ce que la nature offrait de buvable, mangeable, ingérable en soit. Le ciel est sombre avec tous ses nuages noirs, le vent est glacial et frappant, après quelques heures de mauvais temps le soleil se pointe et la chaleur nous prends dans ses bras bouillants, agréablement chaleureux dans cette situation horrifique. Je prends un petit carnet de ma poche, traçant un jour de plus sans elle, je soupire c'est pas le moment pour commencer à déprimer, je sors de ma tente le visage fermé, l'air glacial et ne laissant paraître aucuns sentiments. J'entends de l'agitation venant de l'entrée A du fort, d'après les dialogues il y aurait trois personnes se dirigeant vers nous, trois personnes non affectées et saines. Sûrement des survivants cherchant un endroit sécurisé qui ont dû entendre parler de nos campements et qui sont venu demander asile et protection. Je suis la troupe, me frayant sans mal un passage entre eux et de loin j'aperçois vite fait deux hommes et une femme traînant un peu les pieds derrière eux l'air anéantie. Anéantie, comme beaucoup d'entre nous malheureusement je ne pouvais rien y faire, j'étais impuissant et ça me met la rage. Les gens se reposent beaucoup sur les épaules de ceux qu'ils pensent forts, les forts eux n'ont personnes, n'ont rien, sont seuls pour supporter leurs souffrances et celles des plus faibles.

Après tout c'était à chaque fois le même rituel, les gens se précipitent pour voir qui sont ceux qui arrivent, ceux qui garde l'entrée à ce moment là doivent vérifier s'il y a des blessures ou non, s'ils sont sains et donc qu'aucun danger pèsent sur nous en les accueillants dans notre campement. Beaucoup espèrent encore voir leurs proches, les amis, la famille, les amours parfois même les enfants. Il y a des chanceux et bien souvent des malheureux. On a pas toujours la facilité, parfois ils arrivent en étant encore normaux mais infectés alors quand ça arrive je prends la décision de les mettre en quarantaine le temps des adieux s'ils ont de la famille chez les alphas ou sinon j'attends d'être seul avec eux et je mets fin à leur vie. Sans coeur est mon surnom parfois, en particulier par les familles puis au final la plupart comprennent que c'était le seul choix possible, d'autres continuent à me haïr, certains partent, ainsi va la vie. Cette fois je me dirige vers les trois inconnus arme à la main au cas où, mon visage est impassible, j'ai l'air d'être immarcescible diront certains. Plus je m'approche, plus mon coeur s'emballe, des asiatiques il n'y a aucun doute là dessus, serait-ce eux ? Je n'ose pas avoir cet espoir, le croyant impossible après autant de jours et pourtant c'est bien eux, mes beaux-frères et ma vie, ils me sourient heureux de me voir et je les ignorent royalement mes yeux fixant ce petit brin de femme qui fixe ses pieds et ne me voit pas encore, je lâche mes armes et me précipite en courant droit sur elle, laissant mes sentiments et mon instinct prendre entière possession de moi. Arrivant droit sur elle j'hurle son prénom de toutes mes forces, je l'attrape dès qu'elle relève la tête et digne d'un film je la fais tourner en l'air en riant comme un idiot heureux. Front contre front, je me laisse envahir par sa chaleur et plonge à pieds joints dans les profondeurs de ses prunelles. Nos nez se frôlent, se caressent, s’apprivoisent. Toute la tendresse contenue dans ce simple geste me bouleverse. J’aimerais tant pouvoir lui dire à quel point je suis désolé de ne pas avoir été jusqu'en Corée la cherchée, à quel point je regrette toute la peine que je lui cause, mais ma gorge est bien trop serrée et je ne pouvais pas le faire. Alors, je plaque mes lèvres contre les siennes et tente de faire passer tous mes sentiments, toutes mes peurs, toutes mes promesses à travers ce simple baiser. Les larmes proviennent du plus profond de mon être et coulent toutes seules traçant un sillon humide le long de mes joues. A nos retrouvailles ma belle rose rouge.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alpha

Alpha
Kim Park


Avatar : Hyuna
Messages : 173


~Lucas~ Retrouvaille Empty
MessageSujet: Re: ~Lucas~ Retrouvaille ~Lucas~ Retrouvaille EmptyMar 15 Aoû - 21:26


Retrouvaille

Lucas Winchester & Kim Park

La pluie commençait tout juste à tomber tout comme mes larmes. S’en était dur, s’en était trop. Plus que j’y pensais et plus que je me disais que c’était impossible pour moi de faire ma vie dans un pays qui n’était pas le mien, mais celui de mon amoureux, enfin… défunt amoureux. Plus que je marchais et plus que ça devenait douloureux. Un fardeau. Comme si le poids de la vie, comme si le karma était contre moi. Comme si le monde entier était contre moi. Pourtant, je n’ai rien fait. J’ai tout simplement aimé quelqu’un à en perdre la tête. Aimer une personne à la folie et prétendre que c’était ma vie. Non, la vie était contre la vie parfaite qu’on avait. L’harmonie qu’on pouvait avoir ensemble. Tout était contre nous, même ses foutus appels. J’aurais dû insister davantage pour qu’il refuse, j’aurais dû, mais qu’est-ce que cela aurait fait? Rien, puisque j’ai accepté sa vie comme elle était et de se faire appeler pour retourner à Denver; en faisait partie.


Un pas à la fois, ça faisait de plus en plus dur. J’entendais des gens qui parlaient et qui… étaient de plus en plus nombreux. Je ne voulais pas les voir ni les regarder ni les entendre ni les comprendre. Il avait de l’espoir dans certain se disait tout comme des interrogatives. Et si on était infecté? C’était tout ce que j’avais entendu dans ce brouahahah qui s’arrêtait brusquement. Pourquoi? Des pas lourds se dirigeaient vers nous assez rapidement et on m’a interpellé. J’ai relevé la tête, j’ai entendu une voix que j’aime et aussi LA personne qui me connaissait dans ce coin de pays. Était-ce un rêve? Je ne crois pas parce que j’étais dans ses bras et il riait comme un idiot. Moi, qui était figée devant ce miracle et bien je riais comme une conne.

Son front collé contre le mien. La froideur de la pluie qui disparaissait peu à peu par la chaleur du beau brun ténébreux. Ses yeux sombres qui me regardaient avec tendresse. Nos nez qui se touchaient et qui me faisait sourire. Je me sentais soulagée, soulagée de l’avoir retrouvé comme ça, par hasard. Mon cœur qui était en mille morceaux qui s’enfonçait dans un puits sans fond, venait tout juste de se réparer à un clin d’œil. J’ai toujours détesté les départs, car je ne savais plus ou moins quand il revenait, mais ce que j’appréciais c’était nos retrouvailles. On se donnait tellement d’amour, on était tous les deux soulagés. En tout cas, j’étais soulagée qu’il me soit revenu sain et sauf, mais cette fois c’était différent. Notre contact avec le nez a toujours été notre façon de nous saluer intimement puisque les mots ne voulaient pas sortir, comme cette fois-ci. Puis nos lèvres se touchaient finalement.

Ses lèvres… Ses lèvres qui étaient contre les miens étaient si délicieux, si bon. Je ne croyais pas que j’étais autant dépendante de lui, de ses bras, de son amour, mais surtout de ses lèvres. Comment expliquer son baiser? On a toujours communiqué en baiser à nos retrouvailles, car c’était dur, mais là… à ce point? Ça faisait quasiment six mois qu’on s’était pas vu et je le comprenais. J’avais mal aussi, tu m’as manqué aussi, tu es désolé, je comprends, mon homme. Je te comprends parfaitement… J’aurais bien voulu que tu me donnes signe de vie de n’importe quelle façon. J’aurais bien voulu que tu sois venu me chercher en Corée du Sud pour qu’on soit ensemble dans ce désastre. J’aurais bien voulu être là pour t’épauler pendant les moments difficiles et être là pendant tes moments de faiblesse, mais ce qui est fait, est fait non? Commençons un nouveau départ ensemble, côte à côte, comme en Corée du Sud et cette fois, je ne te lâcherais pas. Je n’ai jamais eu autant mal de ma vie, je n’ai jamais eu autant de douleur dans ma poitrine que lorsque j’ai cru que tu étais mort… Tout comme toi, A-gi, j’ai la gorge serrée et je ne pouvais parler qu’en baiser, alors je le prolongeais tout en versant mes larmes également. A-gi, est-ce que tu sais à quel point que tu m’as fait mal et que te voir en vie m’a redonné espoir que nous deux c’était pour la vie.

Une chance que la pluie cachait nos larmes, enfin s’il pleurait. Une chance que la pluie était là pour cacher notre faiblesse. Je rompais le baiser de contre cœur pour le regarder son beau visage, sa belle barbe, ses bouclettes. Rien n’avait changé, il a tout simplement embelli avec l’absence. Je lui caressais sa joue en souriant. Je le touchais, je le sentais sa joue dans ma main. Je ne rêvais pas cette fois. Ce n’était pas un souvenir, ça se passait, là, en ce moment. Son contact, mon contact était tous les deux biens réels.  Je redéposais mon front contre le sien en passant mes bras autour de sa nuque. C’était un miracle que lui et même moi, on pouvait être tous les deux en vie.

« Comment est-ce possible..? A-gi… Je t’aime…»

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

~Lucas~ Retrouvaille Kim610
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef des Alphas

Chef des Alphas
Lucas Winchester


Avatar : Kit Harington
Messages : 10


~Lucas~ Retrouvaille Empty
MessageSujet: Re: ~Lucas~ Retrouvaille ~Lucas~ Retrouvaille EmptyDim 20 Aoû - 9:53

Retrouvaille
Kim Park & Lucas Winchester
Je ne rêve pas c'est bien elle dans mes bras, nous serrant tous les deux comme si notre vie en dépendait, dans ce monde dévasté la chance m'a sourit en ce jour béni, pourquoi à moi ? Je n'en sais rien, tout ce que je sais c'est que je n'ai jamais pu aimé autant la vie en cette année de 2017 qu'aujourd'hui. Respirer son odeur, l'embrasser encore et encore, lui faire ressentir tout le manque dont je souffre, dont elle souffre, apaiser notre douleur ensemble comme avant. Nos retrouvailles, apprendre c'est quoi enfin de vivre, respirer à nouveau, sourire à nouveau, cesser de faire le deuil d'une personne pensé morte alors qu'elle fuyait et essayer de survivre tout comme nous, je me demande avant tout pourquoi l'Amérique ? Est-ce pour moi qu'elle est venu jusqu'ici ou n'est-ce que pur hasard de la vie ? Je n'en sais rien et j'avoue ne pas vouloir le savoir spécialement le principal c'était d'avoir la femme de ma vie, la future madame Winchester dans mes bras, à mes côtés, pour l'éternité. 

Ça peut paraître égoïste, ne pas hésiter à montrer son amour devant les yeux de ceux ayant pour la plupart perdu les siens mais à ce moment je m'en fou c'était ainsi et pas autrement, je souhaite que pour ceux encore en vie qu'ils se retrouvent tous ainsi, comme Kim et moi, mais je profite de mon moment sans penser à qui que ce soit. Ma douce, je réfléchis à comment répondre à ta question, je ne sais pas moi-même comment c'est possible, c'est un miracle je n'en sais rien, je ne comprends pas et comprendrais s'en doute jamais la raison du pourquoi du comment ces retrouvailles purent être possible, dans tout les cas je remercie la vie de nous avoir permis d'être réuni à nouveau et ça pour toujours jusqu'à ce que la mort nous arrachent l'un à l'autre. Oh, ma douce, comme c'est bon de te serrer encore une fois dans ma misérable vie. 

Je fini par me redresser pour la regarder droit dans les yeux, une main sur sa joue caressant tendrement du pouce sa peau de satin, les yeux brillants, un sourire totalement fou aux lèvres, je savoure encore cette image merveilleuse qui est devant mes yeux. Je jette un regard vers mes beaux frères et les salue de la tête accompagné d'un grand sourire en rigolant légèrement de les avoir royalement ignorer lors de leur arrivée pour accourir auprès de ma belle rose. Mon paradis exotique que je me plaisais de nommer ainsi souvent, auparavant on a eu bien des retrouvailles suite à mon travail de soldat mais celles-ci étaient les meilleures de toutes malgré le monde rempli d'humains transformés par un virus expérimental en zombies assoiffés de chaire humaine et de sang. Dire qu'il y a encore un instant je regardais ce petit écrin dans ma poche que son père m'avait donné après ma demande pour avoir la main de sa fille unique. 

"Je t'aime aussi ma rose, je t'aime tellement tu n'imagines pas à quel point c'est bon de vous savoir vivants."

Je la prends par la main en me dirigeant vers l'intérieur du campement en souhaitant la bienvenue à mes beaux frères chez les Alphas leur expliquant à tout les trois qu'avec l'aide de certains survivants on avait pu avoir cet endroit, le désinfecté à coup de balle et de décapitation des zombies, puis avoir rameuté les nôtres dès qu'on en trouvait et après avoir vérifier qu'ils n'étaient pas infectés par le virus mortel, leur expliquant comment il était venu avec ce soldat modifié et surtout zombifié sans le vouloir. Je pense à nouveau au fait d'avoir demander à mon beau-père la main de ma douce et que je devais lui faire la surprise de revenir deux semaines avant pour lui demander, je n'ai pas eu cette belle occasion et j'espère que maintenant je l'aurais, toute façon faut bien se lancer dans la vie et faut bien une première fois à tout, je m'arrête, je prends un grand coup d'air et je m'arrête au beau milieu du corps me tournant vers ma douce je lui lâche la main, pose un genou à terre, sort le petit écrin de ma poche en forme de rose et l'ouvre.

"Kim Park, ma douce et belle rose, celle qui me comble depuis plus de cinq années, ma moitié, mon âme soeur, mon éternelle, avant le début de cet apocalypse j'ai demandé à ton père ta main et il a dit oui avec plaisir, donc, acceptes-tu en ce jour de devenir ma femme, de devenir la madame Winchester ?"
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alpha

Alpha
Kim Park


Avatar : Hyuna
Messages : 173


~Lucas~ Retrouvaille Empty
MessageSujet: Re: ~Lucas~ Retrouvaille ~Lucas~ Retrouvaille EmptyDim 20 Aoû - 15:25


Retrouvaille

Lucas Winchester & Kim Park

Je n’avais jamais compris ou même su pourquoi on a choisi l’Amérique. Alors que mes Hyeong-je, c’est-à-dire mes frères en coréen, ont tous les deux décidés d’y aller, alors qu’on savait que c’était eux, les américains, qui ont commencé à avoir des zombies avant nous. Pourquoi se jeter dans la gueule du loup? S’étaient-ils dites que Lucas ne serait pas mort et avoir un éventuel pied à terre? Si Lucas avait été mort? Si on avait trouvé son cadavre sur le sol ou bien zombifié, est-ce que ça m’aurait fait autant plaisir? Non, ça m’aurait encore détruit et je serais dans l’impossibilité de le tuer s’il avait été un zombie. Donc, c’était dû au hasard qu’on est arrivé ici? Du hasard, qu’on a pris un bateau sans problème et accosté dans un pays qu’on ne connaissait pas. Du hasard, qu’on a marché des kilomètres et des kilomètres pour arriver dans un camp au hasard et que Lucas, en laissant ses armes tombées, a couru vers moi pour me prendre dans ses bras? Le hasard a fait bien les choses, mais là, ça sortait carrément d’un miracle que tout ce hasard, que toute cette chance, puisse être le fruit d’une coïncidence. L’instinct, peut-être?


Je regardais son beau visage. Même s’il avait des cernes et qu’il semblait épuisé, il était toujours aussi merveilleux. Surtout aussi craquant. Je l’ignorais comment que j’ai pu le repêché. Je l’ignorais encore comment un pareil homme s’est entiché de moi et que j’en ai fait autant de lui. Comment? Aucune réponse ne me venait à l’esprit. Tout ce que j’avais à l’esprit c’était qu’on était de retour ensemble et j’espérais pour la dernière fois. Logiquement ces appels étaient finis, non? Donc, il ne pourra plus partir et donc insister pour qu’il reste. Ainsi qu’il prenne le choix de rester auprès de moi? D’autres parts, pendant qu’il me caressait la joue avec son sourire qui faisait chavirer mon cœur – un sourire contagieux qui me faisait sourire autant – ça faisait du bien qu’il me puisse donner autant de tendresse. Aussi du fait que je commençais à apprécier cette nouvelle vie. Même si ce n’était pas la plus belle et qu’on avait un ennemi qui nous mangeait. J’appréciais cette nouvelle vie, car il pouvait choisir si oui ou non, il devait partir en mission. Il pouvait choisir moi, au lieu de jouer sa vie comme il le faisait auparavant. Égoïste? Il était autant. On l’était autant ensemble en montrant notre amour à mes frères et à ceux qui nous observent.

Nos accolades, notre échange a malheureusement pris fin. Il m’a pris la main pour me guider vers le camp. S’il savait qu’en me prenant la main comme ça je pourrais le suivre aveuglément. S’il savait comment que j’ai une confiance aveugle envers lui. Mes frères le savaient et souvent ils se posaient la question si ma relation que j’ai envers Lucas était saine. Comme si j’étais hypnotisée par lui, si j’étais toujours autant en amour comme le premier jour. C’était certain qu’ils devaient avoir eu un froid entre eux dès que j’ai présenté Lucas. Je suis leur sœur, la petite Kimmy. Nous expliquant comment ce merdier est arrivé. Expliquant qu’un soldat modifié est devenu zombie à cause des biologiques. Oui, c’était à peu près là que j’ai eu une haine envers les biologistes, chercheurs génétiques et tout ce qui touche à la bio. C’était à cause d’eux que je n’ai pas revu l’amour de ma vie plus tôt que prévu et que je n’ai… Pourquoi il s’était arrêté?

Je haussais le sourcil quand il s’est arrêté et qu’il a pris une grande inspiration. Pourquoi? Pourquoi il a autant de stress? Je m’en allais m’approcher pour lui faire un câlin qu’il aimait tant, mais il se retournait et il me lâchait la main. Est-ce qu’il a oublié de nous dire quelques choses en rapport du camp, qu’il avait un protocole à faire et qu’on devait être en quarantaine le temps de savoir si on était contaminé? Est-ce qu’il a oubl… Pourquoi il se met un genou à terre? Attend, attend. Pourquoi tout le monde était autour de moi et qu’est-ce qui se passait devant mes yeux?! Je revenais d’à peine de mes émotions de l’avoir retrouvé alors pourquoi…? L’écrin de ma grand-mère!?!

A-bba, c’est-à-dire papa en coréen, comment tu as osé me cacher un truc pareil? Comment tu as osé de prétendre que tu détestais Lucas alors qu’en fin de compte tu lui as offert l’écrin de ta mère? Comment as-tu osé A-bba? Malgré l’apocalypse, j’avoue que ce n’était pas dans un monde idéal qu’A-gi a dû s’imaginer, mais pour moi ce qui comptait c’était lui. Les mains devant ma bouche et les larmes aux yeux. Est-ce qu’il pouvait cesser de me faire pleurer aujourd’hui? Je n’étais pas faible, mais sous la surprise? Surprise qu’il soit en vie, la surprise qu’il venait juste de me demander en mariage?!

Les larmes débordaient sur mes joues. Des larmes de bonheurs. De joie. Il était fou, mais con. Con comme quand qu’il m’a parlé pour la première fois et que le lendemain il s’excusait en disant également des bêtises. Il était con, mais je l’aimais terriblement.

«A-gi, t’es con, mais oui je le veux..!»

Sur ces mots, j’allais lui voler un baiser amoureux tout en lui faisant un câlin en même temps. C’était spontané, mon corps a bougé tout seul sous l’émotion. On était un couple de cons, mais c’était pour une de ses raisons qu’on était toujours ensemble, non?

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

~Lucas~ Retrouvaille Kim610
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





~Lucas~ Retrouvaille Empty
MessageSujet: Re: ~Lucas~ Retrouvaille ~Lucas~ Retrouvaille Empty

Revenir en haut Aller en bas
~Lucas~ Retrouvaille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» STANLEY LUCAS, POUR QUI SE PREND IL?
» STANLEY LUCAS CONTRE-ATTAQUE
» a LA NEG EGRI,SE STANLEY LUCAS
» Retrouvaille inattendue [pv Zarathos]
» Stanley Lucas, l'homme des occupants.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Apocalypse Zombie :: L'espace Temps :: Le Passé Des Suvivants-